BLOG DIVERS

naguib

LE PRESIDENT HOUARI BOUMEDIENE ;Le 27 décembre 1978 j'étais militaire caserne ALI KHODJA (MDN).Il y a 32 ans ce jour là disparaissait le PrésidentHOUARI BOUMEDIENE.La contreverse autour de sa personnalité et de ses réalisationse est restée vive.32 ans aprés sa disparition.

8 millions d'élèves à l'écoles.

8176700 élèves prendrons le chemin de l'école à la prochaine rentrée scolaire.3848000 pour le cycle primaire. 3097000 pour le cycle moyen.1231000 pour le cycle secondaire selon les chiffres officiels.Le secteur de l'éducation enregistrera une augmentation de 215977 élèves par rapport à l'année écoulée.

VISA POUR LA FRANCE Record de refus pour les Algériens

 VISA POUR LA FRANCE Record de refus pour les Algériens

Un rapport de la Cimade (Association de solidarité active avec les migrants et les demandeurs d’asile), intitulé «Visa refusé», a été présenté par ses auteurs, jeudi matin au cours d’une conférence de presse, à Paris. Ce rapport livre les résultats d’une enquête sur les pratiques de délivrance des visas, dans les consulats français de 6 pays, dont ceux d’Alger, de Annaba et d’Oran. «Univers kafkaïen », flou des documents à fournir, délais interminables de traitement, frais excessifs non remboursés, refus sans explication… La liste est longue et c’est bien souvent «le parcours du combattant». Annaba et Alger, selon les auteurs, détiennent encore le record du nombre le plus élevé de refus français de visas, même si, par ailleurs, les conditions d’accueil se sont améliorées. De notre bureau de Paris, Khadidja Baba-Ahmed Un état des lieux dans la pratique de délivrance des visas par les consulats français devenait incontournable, selon la Cimade qui justifie cette enquête par le nombre de plus en plus important de sollicitations que ses permanences reçoivent sur ce sujet et par le nombre de recours devant le Conseil d’Etat passé de 170 en 2003 à 900 en 2008, mais ce n’est pas tout. Très peu d’informations circulent sur les pratiques des consulats qui sont, en plus, très disparates d’un pays à un autre, d’un consulat à l’autre. Mali, Sénégal, Maroc, Turquie, Ukraine et Algérie ont été choisis pour cette enquête sur le terrain du fait du nombre élevé de visas délivrés et aussi du nombre colossal de visas refusés. L’intérêt de ce choix réside aussi dans le fait que ces pays sont à des stades différents dans l’application du dispositif d’expérimentation des nouvelles mesures portant sur la formation linguistique et civique, le recours aux prestataires externes pour l’instruction des demandes, la biométrie. En comparant le niveau d’application de ces expérimentations, la Cimade pouvait ainsi mesurer les avantages mais aussi les risques de ces dispositifs avant qu’ils ne soient généralisés. Si les résultats de cette enquête sont accablants : dossiers examinés à même le trottoir (Consulat de Bamako, au Mali) ; difficulté pour les demandeurs d’accéder à une information fiable et même d’approcher les agents consulaires ; liste des pièces justificatives fluctuante, d’un interlocuteur à l’autre ; obtention tardive de visa, parfois après les dates de projet de voyage et refus non motivés dans la majorité des cas. Il y a plus grave encore dans certains consulats : trafics et fraudes «de quoi écœurer les touristes les plus enthousiastes et jeter les migrants les plus résolus dans les bras des passeurs » estime la Cimade. Et qu’en est-il dans les consulats de France en Algérie ? D’abord en terme de classement des consulats, dont le refus des demandes de visas français est le plus élevé, la palme revient aux consulats français de notre pays : Annaba, avec 47,82 % et Alger, avec 43,98 % , soit un taux de refus «extrêmement élevé» comparativement au taux de refus moyen qui était en 2008 de 9,6 % pour l’ensemble des consulats de France à l’étranger. Les visas accordés en 2008, par les trois consulats (Alger, Annaba et Oran) étaient pour 90 % de court séjour et, relève-t-on, un peu plus de 200 000 demandes sont traitées chaque année par ces trois consulats, ce qui constitue près de 10 % de la demande mondiale de visas pour la France. Le consulat de France à Alger ne traite que certaines demandes de visas, l’essentiel des demandeurs sont reçus par la société VisasFrance, société privée qui sert aussi d’intermédiaire pour les demandes de visas italiens et maltais. Les enquêteurs de la Cimade qui ont pu visiter les locaux de VisasFrance notent que cet intermédiaire qui emploie 120 personnes (tous algériens, sauf le directeur, français) est chargé de gérer les rendez-vous pris par les demandeurs par Internet ou par téléphone, de recevoir et vérifier chaque pièce des dossiers de demande de visa et ce, jusqu’à la remise de son passeport. Le candidat à un visa peut suivre sur le Net l’état d’avancement de sa demande. Les dossiers sont transférés le lendemain de leur dépôt au consulat, par véhicule sécurité, est-il précisé. Ce même véhicule rapporte à VisasFrance, sous enveloppes cachetées, les retours de passeports traités aux demandeurs. «Le personnel de VisasFrance ne connaît pas la décision prise pour chaque postulant », note la Cimade qui considère, toutefois, que globalement cette externalisation de l’instruction des demandes, si elle a sensiblement amélioré l’accueil et souvent réduit les délais de traitement, pose dans l’absolu et sérieusement la question de la confidentialité des données, même si pour Alger, les observateurs ont relevé que «trois mois après la notification de la décision, toute trace de la demande de visa est effacée des ordinateurs de VisasFrance». Quant aux consulats d’Annaba et d’Oran, ils n’ont pas recours à un opérateur externe et traitent directement les demandes de visas qui sont, depuis cette année, biométriques. La biométrie des visas décidée par le Conseil européen consiste en un relevé d’empreintes digitales et une numérisation de la photo. Elle est expérimentée en même temps dans les consulats de France à Londres et Istanbul. Pour l’instant, et avant de généraliser l’expérience à d’autres consulats, les autorités françaises attendent une décision du Conseil d’Etat à ce sujet. A ce propos, le rapport note que ce procédé pose la question du fichage des candidats à un visa et «qu’au nom de la lutte contre la fraude et de la sécurité, les gouvernements européens fabriquent une société policière dans laquelle les faits et gestes de tout un chacun peuvent être contrôlés, consignés et communiqués». Mais au-delà, et pour expliquer le fort taux de refus de visas français aux Algériens observé depuis quelques années, deux raisons ont été avancées aux enquêteurs par les autorités consulaires en Algérie : un risque «médical», surtout pour les demandeurs âgés. Le consulat, lit-on dans le rapport, «craint qu’elles (personnes âgées) ne veuillent venir en France uniquement pour se faire soigner et qu’elles grèvent ainsi le budget de la Sécurité sociale française ». C’est un comble ! L’Algérien responsable du gouffre de la Sécurité sociale est loin d’être un mythe ou une lubie entretenue par le FN. La deuxième raison avancée par les autorités tient au «risque migratoire» et dont les critères de mesure reposent sur l’âge du demandeur, son insertion professionnelle en Algérie, ses ressources et ses demandes antérieures de visas. Quant aux voies de recours, comme pour les 5 autres pays observés par la Cimade, «les Algériens, y compris les avocats, maîtrisent peu, voire pas du tout, le système de recours» et n’ont souvent pas connaissance de l’existence de la Commission des recours de Nantes contre le refus de visa, ni ne savent qu’ils peuvent saisir le Conseil d’Etat. Au terme de cette enquête, la Cimade a présenté dix propositions pour améliorer la pratique de délivrance des visas et sortir des maquis observés. Parmi les dix points cités, il est notamment recommandé : la liste explicite et par décret de toutes les pièces exigées dans le dossier et pour chaque type de visas ; l’établissement d’une liste claire de critères qui peuvent justifier un refus et l’obligation de motiver par écrit ce refus; prévoir l’obligation de notifier par écrit les voies et délais de recours en cas de refus ; privilégier la délivrance de visas de circulation qui permettent aux intéressés de faire plusieurs allers-retours sans avoir à réitérer une demande de visa. K. B.-A.

piratage du site

 

qui est ce"jule valles ?"et qui est "chikh chyoukh?" ce commentaire est adressé a tous les membres du site.voila aujourd'hui il m'etait impossible d'acceder a l'administration pour la gestion du site mon mot de passe a ete modifie et piraté a deux reprises par les mots de passe suivants le premier etait ce numero"61224366060"et le deuxieme par celui de "julevalles"pas mal de degat enregistré sur le site.je ne comprend rien du tout sur cet acharnement de la part de ces malfaiteurs qui ne cherchent qu'a detruire ce site.Et pourtant d'apres ce que je sais la plupart des systèmes sont configurés de manière à bloquer temporairement le compte d'un utilisateur après un certain nombre de tentatives de connexion infructueuses. Ainsi, un pirate peut difficilement s'infiltrer sur un système de cette façon.En contrepartie, un pirate peut se servir de se mécanisme d'auto-défense pour bloquer l'ensemble des comptes utilisateurs afin de provoquer un déni de service.Sur la plupart des systèmes les mots de passe sont stockés de manière chiffrée (« cryptée ») dans un fichier ou une base de données.Néanmoins, lorsqu'un pirate obtient un accès au système et obtient ce fichier, il lui est possible de tenter de casser le mot de passe d'un utilisateur en particulier ou bien de l'ensemble des comptes utilisateurs.

B.azzouz

La pédophilie fait des ravages

Plus de 1000 enfants en sont victimes chaque année

Le phénomène de la pédophilie ne cesse de prendre de l’ampleur en Algérie. Si les victimes des violences sexuelles se comptent parmi toutes les catégories d’âge et sans distinction de sexe, il n’en demeure pas moins que les mineurs restent les cibles les plus privilégiées des agresseurs. Attentat à la pudeur, viol, acte indécent, inceste... sont autant de maux qui continuent bel et bien d’exister dans notre société qui, souvent, refuse de regarder en face ces phénomènes. Il ne se passe pas un jour sans que ce genre de violence occupe les manchettes des journaux. Si l’on se fie aux décomptes des différents services de lutte contre ce phénomène, c’est près d’un millier de cas qui a été recensé durant l’année 2008. Mais la réalité est tout autre.(LIRE...)

EL WATAN

la course de vitesse de Redjas,

1949 Président : Paul Albagnac (vice-président de la FAA) ; vice-présidents : Berneval, André Gallo et J. Bégluomini ; secrétaire général : Pandolfo, secrétaire adjoint : Prévost ; trésorier général : Claude Tanti ; trésorier adjoint : Durget ; vol à voile : Mercier ; modélisme : Merlin ; assesseurs : docteur Amor, Guy Basoni, Batch, Brunet, Rémy Bussutil et Henri Ducru.
Le Norécrin participe à la course de vitesse de Redjas, piloté par Léopold Albagnac, avec Pierre Gassiot et Jean Bonnevalle (chef-pilote de Collo).
Près de 400 heures de vol sont effectuées dans l'année.

 

 

Liliane Raspail, écrivaine



Comment avez vous atterri dans le domaine de la littérature? Liliane Raspail : Je n'ai pas atterri dans le domaine de la littérature car j'ai toujours adoré lire et écrire. En fait, j'ai toujours écrit. Sylviane Rescot étant mon nom dans mes deux livres, ceux qui les ont lus savent même que le grand écrivain français Colette, lorsqu'elle m'a reçue chez elle au début des années 50 après avoir lu des textes que je lui avais envoyés, m'a très vivement encouragée à continuer d'écrire. Ce que j'ai fait, tout naturellement.
Vous avez déjà à votre actif deux romans (La Chaouia d'Auvergne et fille de Chemora). Ces deux ouvrages se rapprochent du témoignage (vous racontez l'histoire de votre mère). Parlez- nous en un peu? Comme tu le soulignes très justement, La Chaouïa d'Auvergne et Fille de Chemora sont biographiques et considérés comme des témoignages. Il m'est, en effet, apparu essentiel de faire éditer - avant tous mes autres manuscrits - ce qui me tient le plus à coeur, à savoir mon histoire d'amour avec mon pays natal : l'Algérie. Or cette histoire a commencé par l'installation de mes grands-parents maternels(Auvergnats) dans les Aurès en 1919, mes grands-parents paternels, eux, étant déjà en Algérie depuis 1870, et mon père étant lui-même né en Algérie, à Redjas (dont j'ignore le nom actuel) toujours dans le Constantinois. Et c'est grâce à l'extraordinaire accueil de mes lecteurs algériens en 2001 que j'ai ensuite ... bifurqué sur ma propre histoire puisque depuis 1958 je n'ai vécu qu'en Algérie.
Depuis un moment vous n'écrivez plus. Êtes vous sur un livre et quels sont vos projets?
Fille de Chemora ayant également été chaleureusement accueilli par mes lecteurs, mais aussi parce que j'en éprouve le besoin et le désir, je suis actuellement sur la 3ème et dernière partie de cette histoire, qui "dira" pourquoi et comment depuis 1958 à ce jour j'ai vécu et vis mon attachement à ce pays et à son peuple ; car cela va bien au-delà du soleil et de la somptuosité de la nature. J'aime l'Algérie et son peuple et sa religion, et leurs qualités et leurs défauts car je me reconnais en eux, car bien que française de naissance et de culture je me sens profondément et absolument algérienne. Et cela je veux le dire à tous ces jeunes et moins jeunes, à mon fils et à ses deux petites filles et ses autres enfants s'il en aura d'autres, pour faire un peu contre- poids aux difficultés algériennes, à tous les drames vécus par notre pays, pour qu'un jour enfin leur présent et leur avenir ressemblent justement à cette merveilleuse nature et son incomparable ciel

 

                                                           

Ce site permet une communication sans frontières et en continu : en effet avoir un site internet permet d’obtenir une vitrine de notre activité, de notre passion, etc. accessible partout dans le monde 24h/24h et 7 jours/7 jours. Internet est le seul support de communication de masse permettant de diffuser a la fois du texte, des photos, de l’audio, et des vidéos. Cette capacité en fait un support particulièrement riche, vivant et dynamique ; grâce à internet les échanges entre les hommes se sont particulièrement développés et accélérés. Nous allons à la rencontre des autres, nous proposons des contenus aux internautes, qui les feront vivre en les commentant, en participant à notre forum …MERCI…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×