Billets de azzouz23656

LES PREMIERES DAMES DES PAYS ARABES

   

   

 les épouses de dictateurs jouent souvent un rôle central dans la vie économique et politique de leur pays.Au fil du temps, ces femmes recherchent juste le pouvoir et l’argent, tout comme leurs maris.Cette capacité à accumuler les richesses, à faire main basse sur l’économie pour ses propres profits, marque souvent  durablement les populations

boutef chante "A QUI LE TOUR?"

 

UN GRAND GALA EST ORGANISE EN ARABIE SAOUDITE SOYEZ NOMBREUX LE ROI VOUS ATTEND IMPATIEMMENT

Départ Moubarak : explosion de joie

Départ Moubarak :  explosion de joie

Les centaines de milliers de manifestants réunis place Tahrir au Caire ont explosé de joie à l'annonce de la démission du président égyptien Hosni Moubarak après trente ans au pouvoir, ont constaté les journalistes sur place. "Le peuple a fait tomber le régime! le peuple a fait tomber le régime!", scandait une foule en délire sur cette place devenue symbole du mouvement de contestation déclenché le 25 janvier contre M. Moubarak. Les manifestants hurlaient de joie et agitaient des drapeaux égyptiens. Certaines personnes se sont évanouies sous le coup de l'émotion

Maroc: un appel sur Facebook à manifester

Maroc: un appel sur Facebook à manifester

RABAT - Un groupe de jeunes Marocains a appelé sur le réseau social Facebook à manifester pacifiquement le 20 février pour une «large réforme politique» dans leur pays. «Nous appelons tous les Marocains à manifester le 20 février pour la dignité du peuple et pour des réformes démocratiques», indique la «plate-forme» de ce groupe créé sur Facebook et qui dit compter près de 3400 sympathisants. Le texte demande aussi une réforme de la constitution, la démission de l'actuel gouvernement et la dissolution du parlement.

Le Maroc est exposé au même type de soulèvement qu'en Tunisie

Le Maroc est exposé au même type de soulèvement qu'en Tunisie

Le Maroc connaît une situation sociale et économique nettement plus désastreuse que celle de la Tunisie. Le nombre de diplômés chômeurs est tout aussi important. Toutefois, bien qu'il s'agisse de deux régimes de Dictateurs en sursis, la différence majeure réside qu'il existe au Maroc une "relative liberté d'expression", qui permet à la jeunesse de s'exprimer à mi-mots. Le poids l'autoritarisme n'est pas aussi fort qu'en Tunisie, même s'il ne convient certainement pas d'idéaliser la situation marocaine qui pourrait connaître des troubles sociaux dans les prochains mois. Les marocains n'ont pas oubliés les violentes répressions des émeutes de Sidi Ifni. La presse a fait largement écho des brutalités policières, tortures, viols, disparitions et assassinats, qui ont été commis à Sidi Ifni par les services de police, selon les affirmations des défenseurs marocains des droits de l'homme. Mais pour le ''marocain lambda'', il vit dans un pays à la gouvernance dictatoriale dans lequel la jeunesse n'a aucun avenir réel. Les évènements qui se déroulent actuellement en Tunsie, sont le reflet de pays ''corrompus politiquement''. Une corruption ''acceptée et tolérée'' par les pays européens qui possèdent des interêts économiques particuliers. Est-ce le début de la fin des dictatures au Maghreb? La balle est dans le camp des élites et politiciens intègres de ces pays qui doivent, non seulement endosser les revendications de leurs peuples, mais aussi les faire entendre autant sur les tribunes locales que sur la scène internationale. Une façon de mettre devant leurs responsabilités, les grandes puissances qui soutiennent les dictatures au mépris de tant de peuples sur la planète

Solution pour une sortie de crise en Algérie

مقترح حل للخروج من الأزمة

إنٌ الأحداث التي عصفت بتونس ولا تزال تعصف اليوم بمصر، تمثل منعطفا تاريخيا في تطوٌر المنطقة، وستنتقل هذه الظاهرة إلى الجزائر وسوريا، طالما أنٌ هذه الأحداث، تعبٌر عن غضب الشعوب حيٌال حكامها الذين انحرفوا عن المسار التاريخي القومي المنبثق عن المقاومات التحرٌرية التي خاضتها الأجيال السابقة التي كانت تصبو إلى إنشاء دوٌل محترمة خارجيا، نامية اقتصاديا ومتقدمة اجتماعيا. ولقد أخـفـقـت النٌخب من الأجيال اللاٌحقة في تحقيق أيٌ من هذه الأهداف.

بل أوجدت أنظمة شمولية في معزل عن الشعوب ومتآكلة من جرٌاء الفساد. إن الاحتجاجات العنيفة التي بدأت في تونس وستأتي قريبا على الجزائر، تصبو إلى إعادة ثقة الشعوب بدولتهم. فالتونسيون والمصريون والجزائريون يرفضون اليوم، تحمٌل مزيد من الخجل حيال مؤسساتهم وجيوشهم وشرطهم التي انحرفت عن واجبها المتمثل في خدمة الوطن لا في خدمة الأنظمة.

إنٌ الأنظمة العربية الفاقدة للشرعية ولثقة شعوبها لم تعد تملك اليوم أيٌ قدرة على تطوير نفسها حتى تمثل مجتمعاتها بالفعل. لقد أصبح التغيير الجدري ملحٌا ويستدعي القطيعة التامة مع الأنظمة التي أساءت إلى كرامة المواطن وعزة الوطن وتاريخ مقاوماته المجيدة ضدٌ الاستعمار، كما أخلٌت بمستقبل الأجيال القادمة.

وجدير بالذكر، أنٌ الوقائع التاريخية التي طالت تونس ومصر، كان لها تأثير مباشر في الجزائر؛ فقلب النظام الملكي بمصر على يد الضباط الأحرار سنة 1952 كان من العناصر التي دفعت بالوطنيين الجزائريين إلى الإعداد للثورة المسلحة التي ازدادت تسارعا من جهة أخرى، على إثر انفجار المقاومتين التونسية والمغربية ضد الحماية الفرنسية في تونس والمغرب. وعلينا أن لا ننس أنٌ عبارة « فلاقة » هي عبارة استُعملت من طرف المستعمر الفرنسي إشارة منه إلى الفدائيين التونسيين الذين كانوا يستهدفون رموز النظام الاستعماري  بتصويب ضرباتهم إلى الرأس… إنٌ العاصفة التي انطلقت من تونس، آتية لا محا له على الجزائر ووهران وقسنطينة … لذا، ينبغي استيعابها ومواكبتها من أجل الوصول إلى الأهداف المنشودة، أي، إرساء دولة القانون ونظام ديمقراطي. فمن مسؤولية المواطنين وموظفي الدولة، تفاديهم إراقة الدماء وزج الألوف من الأسر في دوٌامات الحزن والحداد ؛ خصوصا وأنٌ  الكراهية التي يُكنها الشباب الجزائري إلى شريحة المستنفعين من النظام، ليس لها مثيل في المنطقة، إذا ما استحضرنا ألمائتي ألف من ضحايا « عشرية السوداء » من التسعينات وما تركته من جروح لم تلتئم بعدُ. إنٌ الجزائر بلد غنيٌ تبدٌدت ثرواتها على يد قادة جشعين ومفسدين جعلوا أنفسهم فوق القانون ( مثلما حصل في قضايا بنك الخليفة، وسوناطراك وغيرهما). إنٌ الشعب لا يغفر ل بوتفليقة و المخابرات (DRS) بسبب مسؤولياتهم حيال حالة الخسارة والخراب التي لحقت بالوطن.

غير أنٌ إراقة الدماء ليست حتمية ويمكن تفاديها إذا ما رفضت قيادة المؤسسة العسكرية أن ترتكب نفس الخطأ التاريخي، وتقبل بتغيير النظام والتعاون مع مجتمعها من أجل استعادة ترتيب مؤسسات الدولة.

أمٌا عن الإجراءات التي من شأنها أن تحدٌ من الأجواء المشحونة التي يعيشها المجتمع، فأرى منها :

-        إقالة عبد العزيز بوتفليقة ؛

-        شطب محمد مدين « توفيق » ومساعديه من الجيش الوطني الشعبي ؛

-        حلٌ كلٌ مصالح ال DRS، التي تنشط في الوزارات والدرك والشرطة والإدارات والعدالة والإعلام، عدا تلك المتعلقة بالجوسسة ومطاردة الجواسيس ؛

-        تكوين حكومة انتقالية برئاسة عبد الحميد مهري تضم شخصيات جديدة ليست لها أية علاقة بالنظام. مهمة هذه الحكومة، تصريف الأعمال وإعداد انتخابات رئاسية وتشريعية في أجل يتراوح ما بين 3 و 6 أشهر.

-        حلٌ المجلس الشعبي الوطني والمجلس الاستشاري مع إلزامهم بإعادة دفع رواتبهم إلى الخزينة منذ 2008 ؛

-        توقيف الدعم المالي من طرف الدولة إلى أحزب التجمع(RND) وال(FLN).

تكون للحكومة الانتقالية السلطة السياسية على القيادة العسكرية التي ستساعدها في مهمة الحفاظ على النظام العام وحماية الموطنين والممتلكات العامة والخاصة. كما تقوم الحكومة الانتقالية بتشجيع المواطنين من أجل تأسيس جمعيات مدنية أو أحزاب سياسية حتى يساهم الجميع في تشييد الديمقراطية ودولة القانون، دون إقصاء أيٌة حساسية من الحساسيات السياسية من المؤسسات، طالما تخضع للشروط الآتية :

-        الاعتراف بانفراد الدولة وحدها باستعمال القوة ؛

-        الالتزام بمبادئ حرية الرأي وحرية الصحافة مع احترام شرف المواطن وكرامته ؛

-        الإقرار بالمساواة القانونية بين الرجل والمرأة ؛

-        القبول بالتمثيل النسبي في النظام الانتخابي ؛

-        الالتزام بنتائج الانتخابات مهما كانت.

إنٌ خيار دولة القانون والديمقراطية يتطابق مع الأفق التاريخي والمناخ الجزائري ولا جدوى لاعتراضه، بل ينبغي مواكبة هذا التطور بمعزل عن العنف، مثلما فعل بلدان أوروبا الشرقية.  وبهذا الصدد، يتجلٌى إلينا أنٌ المسؤوليات الأخلاقية للأطر السٌامين في الدولة، ولا صياما الضباط السامين في المؤسسة العسكرية ستكون ثقيلة بقدر التحديات التاريخية الملقاة على عاتقهم.



 

Solution pour une sortie de crise en Algérie (Lahouari Addi, Universitaire)

Les événements qui ont secoué la Tunisie et qui secouent aujourd’hui l’Egypte sont un tournant historique dans l’évolution dans la région. Les deux prochains pays qui seront touchés seront l’Algérie et la Syrie. Ces événements expriment la colère des populations contre des dirigeants qui se sont écartés de la trajectoire historique des nationalismes issus des luttes de libération du 20èm siècle. Les générations des militants des années 1940 et 1950 avaient pour objectif de créer des Etats respectés au niveau international, développés économiquement et évolués socialement. Les élites postindépendance ont échoué et n’ont réalisé aucun de ces objectifs. Elles ont au contraire créé des régimes autoritaires coupés de la population et gangrenés par la corruption.
La protestation violente qui a commencé en Tunisie, et qui atteindra bientôt l’Algérie, a pour aspiration le rétablissement de la confiance des populations envers leurs Etats. Les Tunisiens, les Egyptiens, les Algériens… ne veulent plus avoir honte de leurs institutions, de leurs armées, de leurs polices…, détournées à ce jour de leur vocation à servir la Nation. Les régimes des pays arabes ont perdu leurs légitimités et la confiance des peuples. Ils n’ont pas les ressources pour évoluer et se transformer pour devenir des émanations de leurs sociétés. Le changement radical est inéluctable, avec une rupture totale avec des régimes qui ont gravement porté atteinte à l’orgueil de la Nation, à la dignité des citoyens, à l’avenir des futures générations et au passé de la résistance à la colonisation.
Du point de vue historique, les événements en Tunisie et en Egypte ont toujours eu des retombées en Algérie. Le renversement de la monarchie égyptienne par les Officiers Libres en 1952 a encouragé les nationalistes Algériens à préparer l’insurrection de 1954. Celle-ci a été précipitée par les soulèvements en Tunisie et au Maroc contre le Protectorat français. Il faut rappeler que le mot « fellaga » vient de Tunisie. Ce terme était employé par les colons Français pour désigner les fidaïnes Tunisiens qui frappaient les représentants de l’ordre colonial à la tête.
La déferlante populaire qui a commencé en Tunisie est imminente à Alger, Oran, Constantine… Il faut la canaliser, l’accompagner pour atteindre ses objectifs : l’établissement d’un Etat de droit et d’un régime démocratique. Il est de la responsabilité des citoyens et des fonctionnaires de l’Etat d’éviter le bain de sang qui risque d’endeuiller des milliers de familles. La haine qu’ont les jeunes Algériens à l’endroit de la nomenklatura n’a pas son équivalent dans la région. L’Algérie a vécu des événements sanglants qui ont coûté la vie à 200 000 personnes dans les années 1990 et les cicatrices sont encore vives. L’Algérie est un pays riche dont les richesses ont été dilapidées par des dirigeants cupides et véreux au-dessus des lois de l’Etat (Affaires Khalifa et Sonatrach entre autres). La population en veut à Bouteflika et au DRS pour avoir mené le pays à la ruine et au désastre.
Il n’y a cependant pas de fatalité et le bain de sang peut être évité. Il faut pour cela que le Commandement militaire ne commette pas une seconde erreur historique et qu’il accepte le changement du régime en aidant la société à restaurer les institutions de l’Etat. Les mesures à prendre dans l’immédiat pour calmer la population sont les suivantes :
-Destitution de Abdelaziz Bouteflika
-Radiation de l’ANP de Tewfik Médiène et de ses plus proches collaborateurs
-Dissolution de tous les services du DRS, à l’exception de ceux de l’espionnage et du contre-espionnage. Cette mesure est destinée à retirer l’armée des ministères, de la gendarmerie, de la police, de l’administration judiciaire et des médias.
-Formation d’un gouvernement de transition présidée par Abdelhamid Mehri et composée de personnalités nouvelles qui n’ont eu aucun lien avec le régime. Sa mission principale est de gérer les affaires courantes de l’Etat et de préparer des élections présidentielle et législatives dans un délai de trois à six mois.
-Dissolution de l’Assemblée nationale et du Sénat avec obligation aux députés et Sénateurs de reverser au Trésor leurs traitements depuis l’année 2008
-Retrait du soutien financier de l’Etat aux partis RND et FLN

Le gouvernement de transition aura une autorité politique sur le Commandement militaire qui l’aidera à réaliser sa tâche de maintien de l’ordre et de protection des biens et des vies des personnes. Il invitera l’ensemble des citoyens à s’organiser en associations ou partis politiques pour apporter leur contribution à la mise en œuvre de la démocratie et de l’Etat de droit. A cet effet, aucune sensibilité politique ne sera exclue des institutions sous les conditions suivantes :
-Reconnaître le monopole de la violence à l’Etat qui l’exerce dans le cadre de la loi
-S’engager à respecter la liberté d’expression et la liberté de la presse dans le respect de l’honneur de tout citoyen
-Reconnaître l’égalité juridique entre les hommes et les femmes
-Accepter le système électoral à la proportionnelle
-S’engager à accepter le verdict des urnes quel que soit le résultat

L’Etat de droit de la démocratie appartiennent aux perspectives historiques de l’Algérie. Il serait vain de vouloir s’y opposer. Il vaut mieux accompagner ces évolutions sans violence comme l’ont fait les ex-pays socialistes de l’Europe de l’Est. La responsabilité des hauts fonctionnaires, en particulier des officiers supérieurs de l’armée, est grande. Ils sont appelés à être à la hauteur des défis de l’histoire.

Lahouari Addi, Universitaire

Des images « effroyables » du carnage perpétré par l’armée Marocaine à El Ayoun

Des images « effroyables » du carnage perpétré par l’armée Marocaine à El Ayoun

Les images qui sont entre nos mains montrent la férocité des crimes commis par la sureté Marocaine à El Ayoun et ce, à travers des scènes de tortures et d’assassinats dans les rues de la ville occupée. Les images confirment aussi les révélations du président Sahraoui Abdelaziz, lorsqu’il avait été invité par Echorouk, et qui avait déclaré que les forces d’El Makhzen avaient mis le feu aux camps Sahraouis situés aux environs d’El Ayoun, les transformant en ruine. Echorouk

L'opposant ElBaradei : "Moubarak doit partir aujourd'hui"

L'opposant ElBaradei : "Moubarak doit partir aujourd'hui"

Alors que la foule continuait à être rassemblée au Caire pour défier le pouvoir en place du président Moubarak, l'opposant égyptien Mohamed ElBaradeï, présent sur la place Tahrir en fin d'après-midi, a appelé sur CNN le raïs à quitter le pouvoir "aujourd'hui" pour laisser place à un gouvernement d'unité nationale. "Chacun en Egypte le dit de manière forte et claire : Moubarak doit partir aujourd'hui", a déclaré dimanche 30 janvier l'ancien directeur général de l'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans une interview accordée à la chaîne CNN (visible en anglais ci-dessous). "Moubarak doit (...) faire place à une transition en douceur vers un gouvernement d'unité nationale qui sera suivie par toutes les mesures nécessaires pour une élection libre et équitable", a-t-il insisté, avant d'ajouter qu'il disposait d'un mandat populaire et politique pour négocier la formation d'un tel gouvernement. Un peu plus tôt, un dirigeant de la confrérie islamiste des Frères musulmans avait annoncé que des forces d'opposition s'étaient mises d'accord pour appuyer ElBaradeï afin qu'il négocie avec le gouvernement du Caire. "J'espère entrer bientôt en contact avec l'armée, il faut que nous collaborions. L'armée fait partie de l'Egypte" a enfin appelé de ses voeux l'homme qui fait figure de tête de file de l'opposition égyptienne. ElBaradeï avait regagné son pays jeudi, à la veille des manifestations sans précédent qui ont déstabilisé Moubarak. Samedi, il a exigé le départ du président en qualifiant son régime de "dictatorial" et proposé ses services dans le cadre d'un gouvernement intérimaire.

Interpol lance les recherches pour localiser et arrêter Ben Ali

 Interpol a indiqué mercredi que son bureau de Tunis avait émis une alerte mondiale à  destination de ses 188 membres en vue d'obtenir la localisation et l'arrestation de l'ancien président tunisien en fuite Zine al-Abidine Ben Ali , sa femme Leila et de six de ses proches.
Les autorités tunisiennes avaient annoncé dans la matinée avoir lancé un mandat d'arrêt international contre l'ancien président et son épouse Leïla Trabelsi pour "acquisition illégale de biens mobiliers et immobiliers" et "transferts illicites de devises à l'étranger".

L'alerte émise par l'organisation de coopération policière internationale, dont le siège est à Lyon, comprend "les noms et diverses informations" sur les personnes recherchées, a précisé Interpol dans un communiqué.

 Emis directement par le bureau tunisien, cet avis demande aux Etats membres d'Interpol de "rechercher, localiser et arrêter M. Ben Ali et ses proches en vue de leur extradition vers Tunis".
M. Ben Ali a fui le 14 janvier la Tunisie et trouvé refuge en Arabie Saoudite.

  

 

Son épouse Leïla Trabelsi, dont la famille avait mis le pays en coupe réglée, a également quitté le pays à une date et pour une destination inconnue. Le frère de l'ex-première dame, Benhassen Trabelsi, est en fuite lui aussi et également visé par une enquête tout comme huit autres membres de la famille détenus en Tunisie.

 

                                                           

Ce site permet une communication sans frontières et en continu : en effet avoir un site internet permet d’obtenir une vitrine de notre activité, de notre passion, etc. accessible partout dans le monde 24h/24h et 7 jours/7 jours. Internet est le seul support de communication de masse permettant de diffuser a la fois du texte, des photos, de l’audio, et des vidéos. Cette capacité en fait un support particulièrement riche, vivant et dynamique ; grâce à internet les échanges entre les hommes se sont particulièrement développés et accélérés. Nous allons à la rencontre des autres, nous proposons des contenus aux internautes, qui les feront vivre en les commentant, en participant à notre forum …MERCI…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site