EDUCATION

  Abdelouabab FERKHI
Ecole Fondamentale Tiberguent
Redjas / Mila

« L’histoire est perpétuellement reconnaissante du grand rôle qu’a joué la langue de Molière dans la recherche scientifique depuis la nuit des temps, en passant par la révolution industrielle, plusieurs inventions qui ont amélioré la vie de l’humanité ont été entreprises en langue française.

Le français que j’enseigne à mes apprenants.
L’objectif général du français que j’enseigne est particulièrement l’ouverture sur la culture humaine dans sa dimension la plus féconde, autrement dit, on prend la francophonie comme une autre manière pour vivre l’universel :
. aider l’apprenant à accéder à une documentation simple,
. utiliser une langue simple dans les situations de la vie quotidienne pour créer et développer des
aptitudes à la communication orale et écrite,
. aborder un texte de vulgarisation scientifique (Initiation à la langue scientifique en enrichissant le
vocabulaire de l’apprenant. Exemple : description d’un objet technique « micro-ordinateur -
fonctionnement d’une machine »,
. les textes de vulgarisation scientifique utilisant un lexique littéraire : « l’Avion » (Larousse des
jeunes), « la Fusée » - « la Navette spatiale » (A. Ducrocq) - « l’Ordinateur ».

Le français qu’on parle.
En parlant, on utilise généralement un lexique socio-politique et cela revient aux événements actuellement vécus et aussi l’influence de la presse, ce lexique (paix, réconciliation, stabilité, réforme, démocratie, prospérité, tolérance, etc...).
Puis vient en 2ème lieu le lexique scientifique, surtout lorsqu’il s’agit de la nouvelle technologie quand on veut faire fonctionner un nouvel appareil ou l’expliciter à autrui, pour utiliser les moyens multimédia et la vulgarisation de la maîtrise de l’outil informatique « Internet ».

Les expériences pluridisplinaires avec les collègues de sciences.
On avait pas eu la chance de les réaliser car ces disciplines ont été soumises à la politique d’arabisation depuis longtemps. »

Boussioud Kenza du CEM Boutout Mohamed-Salah de Redjas est lauréate avec une moyenne de 18,05

 Le technicum Belarima à Mila a abrité lundi dernier une cérémonie de remise des prix aux lauréats de cette année scolaire 2004/2005.
Les responsables du secteur considèrent que l’année s’est achevée dans la wilaya de Mila sur une note d’optimisme, puisque les objectifs tracés ont été largement atteints. Classée 13e au niveau national, Mila a enregistré un taux de réussite au bac de l’ordre de 34,75% dont 32,57% dans l’enseignement général et 51,70% dans l’enseignement technique. Les candidats libres eux, ont enregistré un taux de réussite de 19,57% d’où un taux global de réussite pour la wilaya de 32,27% (scolarisés et libres). Par filière, les sciences exactes enregistrent le plus fort taux avec 50,97% suivies de gestion et économie avec 46,19%, littérature et sciences islamiques avec 41,05%, sciences de la nature et de la vie 39,89% et ce, en enseignement général. Dans les filières techniques, la palme est revenue au génie mécanique avec 69,33% suivi de la chimie, de la construction et travaux publics avec respectivement 55,68% et 52,20%. Le classement par établissement au niveau de la wilaya donne le technicum de Sidi-Merouane, en première position avec un taux de réussite de 71,77%, en enseignement technique et le lycée Didouche-Mourad avec 52,29%, concernant l’enseignement général. Les lauréats de cette année sont, par ordre de mérite : Bouaroudj Anis (lycée Didouche-Mourad) mention très bien, avec une moyenne de 16,29 suivi de Kheniou Hosna (lycée Rouached) mention bien et une moyenne de 15,29, Hamoudi Houda (technicum Ati- Abdelhafid) mention bien et une moyenne de 15,64 et Benchoulak Imen (lycée Didouche-Mourad) avec une moyenne de 15,45. Ces lauréats ont reçu tous un micro-ordinateur. Quant au BEF, le taux de réussite enregistré au niveau de la wilaya est de 46,59%. L’établissement Beldjahel Abdelmadjid à Grarem occupe la tête du classement avec 76,79% et l’élève  suivie de Aïda Meriem de Chelghoum-Laïd, 18,03 et Soltani Maroua, également de Chelghoum-Laïd avec 18,02. Chacune a reçu un micro-ordinateur comme récompense. Pour ce qui est de l’examen de 6e, le taux de réussite au niveau de la wilaya est de 76,43%. La meilleure moyenne est l’œuvre de l’élève Namous Abir de Hamala avec 9,9 sur 10.
A. M’haïmoud


Voici quelques photos de la pièces théatrale ayant été présentée par une troupe théatrale venue de Blida.Dans une ambiance d'enthousiasme et de conviviabilté , nos potaches ont passé d'agréables moments en réagissant positivement à l'égard du thème de cette pièce se portant essentiellement sur les problèmes de nos enfants à l'école , à l'image de l'échec et la diperdition scolaires. L'objectif et la finalité escomptée ont été merveilleusement atteintes et les acteurs ( comédiens) ont pu , dans un style humouristique et artistique , transmettre le message qui était bien reçu par nos collégiens , tel que la citoyenneté , l'amour de l'école et du savoir.
                                                                    Cordialement ,le votre Waheb Ferkhi
 

 Les potaches du nouveau collège ,sis au faubourg dit Mechta de la ville de Redjas, ont vécu d'agréables moments pleins d'enthousiasme et conviviabilté en suivant avec attention la pièce theâtrale présentée ce mercredi , le 28 du mois courant ,par une troupe theâtrale venue de la wilaya de Blida et qui sillonnera la quasi-totalité des écoles de la wilaya de Mila . La pièce ayant été présentée ,et qui avait une forte influence sur nos élèves qui se sont vraiment interagir , avait pour thème les obstacles que rencontrent les élèves à l'école , à l'encontre de l'échec et la diperdition scolaire dans un style humouristique captivant . L'objectif escompté a été atteint et les acteurs étaient très satisfaits de la positive réaction et attitude prouvées par nos apprenants. [b]Salutations sincères. Waheb Ferkhi[/b]

 
 
 

Les apprenants du CEM El Istklel ( Mechta) participent au projet MEDA II Education

Le 17/05/2009

 

image0002.jpgLes apprenants du CEM El Istklel ( Mechta) participent au projet MEDA II Education

MEDA II Education Examen d’évaluation des acquis des apprenants à Mila S’inscrivant dans le cadre du projet MEDA II Education, qui est un appui à la réforme du système éducatif en Algérie soutenu par l’Union européenne, le ministère de l’Education nationale enclenchera une action d’évaluation des acquis des élèves de 4e AM. Pour ce faire, «la Direction de l’éducation de Mila, pour mener à bien cette opération, a choisi comme échantillon 3 classes de 4e AM, issues de 3 CEM sis respectivement dans une zone urbaine, semi-urbaine et rurale, à savoir les CEM El-Istklel (Redjas), Debbah-Ali (Sidi Meraoune) et Mouzina (Djebel Ougueb)», a indiqué M.A. Chellat, Directeur du COSP( Centre de l'Orientation Scolaire et Professionnel . Ceci permettra aux experts de l’éducation et aux concepteurs des programmes scolaires (l’équipe technique d’évaluation) l’estimation des acquisitions et des connaissances des apprenants en six disciplines : la langue arabe, les mathématiques, la langue française, la langue anglaise, sciences de la nature et de la vie et les sciences physiques. Ainsi, à la lumière de cette expertise, faut-il le rappeler, se détermineront l’impact et les défaillances du programme en vigueur pour pouvoir établir le calvinisme et les rénovations appropriés, outre la mise en évidence des facteurs pesant et influant sur les acquis des apprenants. Par ailleurs, à la fin de ce processus d’évaluation qui durera 2 jours, les 17 et 18 du mois courant, des questionnaires et sondages se feront auprès des apprenants concernés, des professeurs chargés de l’enseignement des classes de 4e AM et des directeurs d’établissements chargés de cette mission. «L’authenticité et la crédibilité des résultats obtenus seront tributaires du sérieux, de la fermeté et du dévouement des dirigeants de cette opération d’évaluation», a signalé le secrétaire général de la direction de l’éducation de Mila.

Par A. Ferkhi , Le Jour d'Algérie du 17/05/2009

La bibliothèque municipale de Redjas Un acquis culturel pour les bibliophilesLa bibliothèque municipale de Redjas

 En vue de promouvoir et de valoriser la lecture publique, le secteur de la culture de la wilaya de Mila s’est renforcé récemment par l’édification d’une somptueuse bibliothèque municipale dans la daïra d’Oued-Endja ( Redjas ) qui , depuis l’entame des inscriptions en mars 2009 , a connu un rush de jeunes et moins jeunes pour atteindre plus de1660 adhérents , selon son responsable , Nourredine Boujeriou , indiquant que malgré le manque du budget de fonctionnement , les services concernés de la direction locale de la culture n’ont ménagé aucun effort et ont fait des pieds et des mains pour l’ouverture au grand public de cet établissement culturel , magnifique joyau architectural baptisé au nom du président de l’association des oulémas musulmans, le cheikh Abdelhamid Ben badis, notamment les deux ateliers de la lecture et de la médiathèque. La salle de lecture est dotée d’un fonds livresque de 7160 volumes illustrant 3537 titres faisant partie du projet d’équipement et 289 ouvrages et 96 titres, sous forme d’un don du ministère de la culture, représentant les publications de la manifestation « Alger, la capitale de la culture arabe 2007 ». Ces ouvrages touchent différentes filières et disciplines : à savoir des livres pour enfants, des dictionnaires et encyclopédies, des ouvrages d’histoire, religieux, de médecine, de lettres, de sciences et technologie et des volumes parascolaires au bonheur des potaches en quête de références pour une meilleure préparation aux examens officiels (BEM et BAC), selon notre interlocuteur, ajoutant que même des étudiants universitaires y viennent se documenter et effectuer des recherches afin de peaufiner leurs thèses de Magister Pour ce qui est de l’atelier de la médiathèque, qui sera prochainement connecté à la toile, pas moins de 40 micro-ordinateurs performants sont mis à a disposition des adhérents encadrés par des spécialistes en la matière , en leur assurant une formation d’initiation à la manipulation de l’outil informatique. Par ailleurs, cet espace culturel est appuyé d’une salle de spectacles d’une capacité d’accueil de 200 places et d’une spacieuse scène ayant déjà servi lors des festivités du 1er Novembre et du 5 Juillet passés. En attendant la prompte ouverture des autres ateliers, notamment de dessin et d’arts plastiques, de la musique, d’arts dramatiques et la création d’associations culturelles susceptibles de relancer une dynamique culturelle prometteuse, ce valeureux acquis culturel constituera, à coup sûr, une facette imposante du rayonnement culturel dans cette localité déshéritée du moindre espace de culture.

 Abdelouahab Ferkhi, Le Courrier d'Algérie du 09/02/2010

image0001.jpg


  retour page d accueil

 

                                                           

Ce site permet une communication sans frontières et en continu : en effet avoir un site internet permet d’obtenir une vitrine de notre activité, de notre passion, etc. accessible partout dans le monde 24h/24h et 7 jours/7 jours. Internet est le seul support de communication de masse permettant de diffuser a la fois du texte, des photos, de l’audio, et des vidéos. Cette capacité en fait un support particulièrement riche, vivant et dynamique ; grâce à internet les échanges entre les hommes se sont particulièrement développés et accélérés. Nous allons à la rencontre des autres, nous proposons des contenus aux internautes, qui les feront vivre en les commentant, en participant à notre forum …MERCI…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site