NOSTALGIE

     
     

      nostalgie( rubrique proposee par patrice journeau)

     
     
     
    texte integral de mr patrice: le 10/01/2009

bonjour à tous et à toutes

Dans la rubrique nostalgie je me lance.
D'après ce que je sais, dans la famille le premier qui est venu s'intaller sur REDJAS est arrivé vers 1875 (FLACHAIRE Jules frédéric) un de ses fils
Auguste felicien a épousé une FUTIN qui était installée sur AZEBA-De leur union est issue ma grand mère juliette qui s'est mariée avec SOULIER aimé (ce dernier a été secrétaire de la mairie et comptable au garage GELIN
Nous habitions avec ma grand mère dans une rue dans laquelle se trouvait le garage GATT et vers la fin nous avons demeuré dans une maison qui faisait un coin en face du café AUGIER avant de partir habiter sur ZERAIA , ma mère était infirmière.

POUR MONSIEUR GELIN
Si cela vous interesse on pourrait essayer d'entrer en contact pour voir s'il n'y a  une possibilité de rassembler d'autres anciens redjassiens

Un de mes oncles a travaillé comme mécanicien pour le garage GATT.

Voilà de ma part une petite contribution

Au plaisir de se voir un jour en réel à REDJAS

Amitiés à tous
patrice

PHOTOS TRANSMISES PAR JEAN IVES GELIN  

  

Bonsoir Azzouz.
Notre concitoyen Jean Yves Gelin m'a envoyé une très belle photo de Redjas(ferkhi.waheb)

 

 les personnes au volant sont respectivement René Gelin et Mohamed Ferkhi Benchaâbabe dont la famille demeure actuellement à Tiberguent. Les personnes debouts sont Brahim Ferhat et Belahouane Houcine de Tiberguent.

 Des  magnifiques photos envoyées pas Jean Yves GelinLe 01/02/2009

 

 

  c’est pour nous un souvenir c’était notre maison " Jean Yves Gelin.

 

 

D'après ma mère , la photo a été prise
vers 1945 ou 46.
Elle tient le bras de son grand père
FLACHAIRE Auguste Félicien qui était arrivé à REDJAS à l'âge de 5 ans pour y décéder en 1948
Amitiés
P
atrice

 

si ma memoire ne me fait pas defaut je situe ce cliche dans les annes 1957 /58 les trois meules en haut a droite etait constituer de balles de pailles dite de moyenne densite a savoir au environ de 20 kilos et couverte d'un film de
polyetylene .Cces derniere etait reserver a la consomatoin des animaux et prevue a la litiere pour la troupes de vaches laitiere de race tarrine de Georges et Maurice Faure
pierre gelin

                                                                                                                 souvenir

                                                                                                              Bonjour Redjas,

Je me souviens de toi pour y avoir vécu et travaillé il y a presque 50 ans. Je n'est rien oublié de ces 2 ans passés aux docks silos en remplacement de M. Galland. C' était mon premier vraie emploi après une formation d' un mois au Siège a Constantine. Belle expérience humaine pour un jeune homme et sa toute nouvelle épouse.
Plongé au cœur de notre terre a tous après quelques années de formation agricole, je n' avais qu'une seule envie, travailler, construire avec toute la force de mes 20 ans.
Redjas c'est d' abord tout au long de la route de Constantine, le spectacle grandiose du paysage , de ces immenses étendues de terre au combien pauvre qu'il faut travailler durement pour un faible résultat. C' est ensuite une arrivée dans un écrin de verdure, oliviers, palmiers et immédiatement les Docks silos, en Mai 1962...
L' équipe était la avec son chef « Boutlala » je me souviens de « l' archine », qui m' a appris à attacher les sacs et les transporter sans trop d'effort, « Blanchette » et son béret basque et les autres dont le nom m' échappe. Tous m'ont aidé a m'adapter aux travaux dans les Docks. Il y avait une complicité entre nous comme des travailleurs conscients que chacun a son boulot et le faire du mieux possible dans le contexte de Redjas, village de l' arrière pays ou il faut se débrouiller entre nous. Alger était loin.
Pendant la période de la moisson l'équipe se coupée en 2 pour le repas de midi car il fallait surveiller en permanence l' élévateur, la bascule etc...
Vers 11h30 je quitte les Docks pour aller manger chez moi, et je suis de retour a 12h 15 et trouve la moitié de l' équipe au repos en train de chauffer une casserole. Tout de suite Blancette me dit « agi msieu Boutonné viens manger avec nous , lioum guédra cherchouhra » ( c'est mon arabe a moi!!! ) J' accepte en disant j' ai déjà mangé chez moi mais je veux bien gouter. Et c' est la que je découvre se plat très simple et au combien délicieux La Cherchouhra avec sa galette sèche et dur, le morceau de viande et d'os dans une très parfumée sauce tomate. Ce que je ne savais pas c' est que c' est un plat de pauvres car les morceaux de Kesra sèche que l'on mange absorbe beaucoup de liquide et gonfle dans l' estomac au point de le durcir comme une pierre, qui ma « lahrjarre ». Et pendant un bon moment vous n' avez pas faim surtout en buvant du el ben, quel souv! enir!
Cette recette je l'ai reconstituée de mémoire et de temps en temps,,,je fais le gourmand avec la recette de la Kesra de Mme Boutlala et oui c' est Elle qui m'a montré comment faire une bien blanche Hum!
Bonne ambiance au Docks, bonne ambiance au village qui avait enregistré notre présence ma femme et moi, et la politesse naturelle des Gens du bled nous faisait bien plaisir car nous avions voulu rester en Algérie pour faire « quelque chose » avec les felhas.
Il y avait aussi le moulin a huile et son huile très fruitée.Et bien d'autres choses.
Que de bons souvenirs de cette vie de village qui en 1963 le 19 Juillet a compté un Rédjassien de plus avec l' aide de la sage femme et du docteur Cros inquiet de n' avoir pas accouché de femme depuis 20 ans! Tout c'est bien passé comme pour les autres femmes du Village.Pour le bapthème de Frédéric nous avons choisi Jean-Yves Gelin comme parrain, il était en vacances. Nous nous voyons de temps en temps et il ne manque pas de nous parler « du Pays » car Il reste notre terre natale.
Voilà une partie de ce que j'ai vécu a Redjas et je regarde votre site sans nostalgie car je ne regrette rien, c'est une période de ma vie ou il me fallait aprés mes études agricoles m' enfoncer dans la terre que j' aime, parmi ces Villageois pour apprendre leur sens pratique et le respect de l' outil de travaille. Merci Redjas, cette formation a coté de vous m'a aidé dans la suite de ma carrière.
Amicalement Gérard Boutonné.

haut de page

 

 

                                                           

Ce site permet une communication sans frontières et en continu : en effet avoir un site internet permet d’obtenir une vitrine de notre activité, de notre passion, etc. accessible partout dans le monde 24h/24h et 7 jours/7 jours. Internet est le seul support de communication de masse permettant de diffuser a la fois du texte, des photos, de l’audio, et des vidéos. Cette capacité en fait un support particulièrement riche, vivant et dynamique ; grâce à internet les échanges entre les hommes se sont particulièrement développés et accélérés. Nous allons à la rencontre des autres, nous proposons des contenus aux internautes, qui les feront vivre en les commentant, en participant à notre forum …MERCI…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site